Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Bitcoin mais n’avez jamais osé demander! (Partie 3 de 5)

Les cryptomonnaies: comment réaliser un profit ou… comment y laisser sa chemise!

Dans les précédentes chroniques, j’ai fait introduction sur les cryptomonnaies, leur à-propos et comment se matérialisent les transactions avec ces nouvelles « monnaies ». Reste maintenant à aborder une délicate question, à savoir comment en tirer des bénéfices ou, à contrario, y subir des pertes importantes.

Ainsi, lorsqu’une nouvelle cryptomonnaie est lancée, une quantité initiale est mise en vente et souscrite par des acheteurs qui ont confiance en celle-ci. Puis, par la suite et selon les réalités du moment, des quantités additionnelles sont mises en circulation et alimentent le marché pour cette nouvelle cryptomonnaie. Alors, pour les investisseurs voulant tirer profit des cryptomonnaies, comment tirer des avantages de tout cela?

Deux méthodes existent dans le cas présent:

1) souscrire la cryptomonnaie et espérer que, par la suite, sa valeur augmentant, on en retire un profit en l’échangeant contre des monnaies « reconnues », soit la forme « spéculative » d’oeuvrer dans ce secteur

2) « imprimer » de la cryptomonnaie avec son/des ordinateur(s), ce qui est tout à fait légal et s’avère la forme « proactive » d’y oeuvrer

S’agissant de la forme « spéculative », des gains importants peuvent être réalisés si on sait à quel moment acheter et à quel moment vendre, ce qui est le cas de toutes transactions commerciales/boursières telles qu’on les connaît. Ainsi, à l’origine, le Bitcoin ne valait que quelques dollars US mais, récemment, un seul Bitcoin s’échangeait à plus de 17 000 $ US, un gain prodigieux pour ceux qui en avaient acquis à faible taux.

Par ailleurs, durant la seule dernière semaine, il a perdu 25-40% de sa valeur en quelque jours à peine, soit une perte importante pour tous ceux qui les ont acquis à 17 000 $ US.

Il s’agit d’une participation dans un marché de FX (Foreign Exchange) où l’on spécule sur une devise (le Franc suisse, par exemple) en espérant y faire des gains futurs. Par ailleurs, le marché des cryptomonnaies connaît des variations importantes en peu de temps, ce qui en fait un véhicule très spéculatif où les gains peuvent s’avérer importants et les pertes catastrophiques.

S’agissant de la forme « proactive », elle consiste simplement à brancher sur le réseau internet un/des ordinateur(s) qui « écoutent les messages » qui circulent sur internet sur cette cryptomonnaie et valident les transactions entre un acheteur et un vendeur. Cet/ces ordinateur(s) est « rémunéré(s) » pour avoir validé l’authenticité d’une transaction entre Jean – acheteur – et M. X détaillant – vendeur-.

Evidement, nous verrons dans une prochaine chronique comment oeuvrer dans les cryptomonnaies, dans leur forme « proactive », ce qui n’est pas l’affaire du commun des mortels.