Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Bitcoin mais n’avez jamais osé demander! (Partie 5 de 5)

Le domaine des cryptomonnaies animé à 99,9% de… fraudeurs!

Pour en arriver à cette ultime chronique traitant du domaine des cryptomonnaies, soit de démontrer le fait qu’un nouveau fabricant proposant des « calculateurs Bitcoin » (conçus à partir de circuits intégrés comportant des transistors de 7 nm (7 nanomètres)) pourrait s’avéner tout simplement une fumisterie parmi tant d’autres:

Japanese Internet Leader GMO Starts Bitcoin Mining in Europe

Pour quiconque souhaite investir dans les cryptomonnaies en acquérant des « calculateurs Bitcoin » afin de « valider des transactions » et d’en tirer des revenus, l’ensemble des distributeurs/revendeurs proposant de tels « calculateurs Bitcoin » ne sont, dans les faits, que des fraudeurs. Rien de moins. Cela tient à l’effervescence (pour ne pas dire la frénésie) qui anime ce domaine depuis quelque temps et à la méconnaissance qu’en ont les « nouveaux joueurs » pour miser sur leur naîveté et leur soutirer frauduleusement des fonds.

Ainsi, un examen des produits proposés par des distributeurs/revendeurs nous révèle les faits suivaints, extraits de la première compilation jointe à cette chronique:

– tous les produits Spondooliestech « neufs » proposés par des revendeurs sont faux puisque l’entreprise a cessé ses opérations en 2016

– tous les produits Yesminer proposés par des revendeurs sont faux puisque l’entreprise fabricant ces produits n’a jamais existé

– tous les produits Minerslab proposés par des revendeurs sont faux puisque l’entreprise fabricant ces produits n’a jamais existé

– les BitFury BF4500 proposés par des revendeurs comme étant des « calculateurs » neufs s’avèrent faux puisque l’entreprise a cessé de fabriquer ce produit depuis 2015

Ainsi, force est de constater que, s’agissaant de la revente de « calculateurs Bitcoin » par des distributeurs, dans la presque totalité des cas, il s’agit d’opérations frauduleuses visant à soutirer frauduleusement des fonds d’acheteurs peu au fait du domaine.

Poursuivons notre analyse des « calculateurs Bitcoin » et des revendeurs…

Tel qu’il a été précisé dans une chronique antérieure, des circuits électroniques « spécialisés » ont été conçus afin de valider, avec un maximum d’efficacité, les transactions Bitcoin se présentant sur internet. La seconde illustration jointe à cet envoi démontre la « connectivité électronique » requise afin de valider les transactions, des fabricants de circuits intégrés ayant su « intégrer » ces éléments de base dans des circuits spécialisés performants, soit des circuits ASIC (Application Specific Integrated Circuit) présentés dans les deux illustrations suivantes.

ll importe de préciser le fait que ces circuits ASIC de dernière génération ont été fabriqués à partir de transistors ayant une dimension de 16 nanomètres, soit la technique de fabrication la plus courante ayant un taux de rejet < 1%. Et, dès qu’on diminue la dimension des transistors pour augmenter la puissance de calcul de ces circuits, le taux de rejet augmente au point de rendre l’opération non rentable pour le fabricant de tels circuits intégrés.

Or, en ce qui concerne la disponibilité à court terme de circuits intégrés ASIC de 7 nanomètres tel qu’en atteste la chronique en début de ce commentaire, ou bien il s’agit d’une annonce qui s’avère frauduleuse ou bien d’une annonce prématurée, des circuits de 7 nanomètres n’étant disponibles disponibles qu’en 2018, dans le meilleur des cas!

En résumé et pour clore ces chroniques sur les cryptomonnaies, il s’agit d’un vaste domaine où la fraude est omniprésente et les gains potentiels intéressants, en regard des risques, pour quiconque s’y aventure en connaissant le domaine.

Et une invitation à bien circonscrire le domaine – au-delà de cette brève introduction – pour quiconque désire investir dans les cryptomonnaies.