Fabuleux contrat de 50 G$ (50 milliards de $) pour Airbus

Dans le secteur de l’aviation, la bataille des titans (Boeing vs Airbus) bat son plein. Après avoir évincé la téméraire Bombardier du marché des moyens porteurs, la consolidation se poursuit. Mais, diantre, comment Bombardier a-t-elle fait pour se disqualifier de la sorte? Le tableau suivant dresse un portrait des acteurs et des enjeux:

Ainsi, dans une précédente chronique, la venue de l’avionneur chinois Comac (avec son modèle C919) venait illustrer le fait que Bombardier aurait dorénavant un compétiteur aux moyens financiers importants même si, pour l’instant, ce modèle n’a pas les performances et les technologies sont sont dotés les apppareils de la série CS300. Le tout dans un segment de marché en compétition directe avec ses modèles CS300. Mais, surtout, cette série se positionnait en compétition directe avec l’Airbus A319neo et le 737 Max7 de Boeing. Erreur stratégique majeure que d’investir les marchés des géants de l’aviation aux moyens financiers – et politiques – très grands alors qu’Embraer s’est abstenue de les concurrencer en se concentrant dans le segment des petits-moyens porteurs.

On connaît la suite: Bombardier a dû céder sa division CS300 à Airbus pour 1$ en échange d’emplois futurs (??), avec des engagments « moraux » de poursuivre le développement et la commercialisation de cette série. Car, il n’en faut pas douter, Airbus va d’abord et avant tout privilégier ses usines et ses emplois et faire passer au second rang les usines et emplois de Bombardier. Voilà l’erreur stratégique commise par Bombardier en voulant s’immiscer dans le marché des moyens porteurs, fiefs de Boeing et Bombardier.

Revenons donc à Airbus…

Ainsi, une rubrique de ce jour parue dans le magazine La Tribune nous informe d’un méga-contrat de 50 G$ d’Airbus pour la livraison de 430 moyens porteurs A320neo développés (à partir de la plateforme A320) pour répondre au nouvel appareil CS300 de Bombardier. Il s’agit d’un énorme contrat lequel va garantir des débouchés importants pour ce nouvel avion d’Airbus:

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/airbus-finalise-un-megacontrat-de-430-a320neo-evalue-a-50-milliards-de-dollars-763103.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20171229

Et, en ce qui concerne l’avenir de Bombardier, avec la compétition d’Embraer et la venue prochaine de l’avionneur Comac dans le segment des petits porteurs, pour éviter de dupliquer l’erreur avec le lancement de la série CS300, une fusion avec ces avionneurs serait la seule garantie d’une poursuite de ses opérations dans le secteur de l’aviation.