Marché boursier: une intervention « divine » en fin d’année?

Pour tous les grands et petits investisseurs actifs dans le marché boursier, l’année 2018 aura été marquée par des soubresauts importants et des rendements annuels négatifs pour ces placements. En d’autres termes, un investisseur aura réalisé une perte sur ses placements alors que les principaux indices boursiers (Dow Jones, S&P 500, Nasdaq,…) affichent des rendements négatifs pour l’année dans son ensemble:

Évolution du Dow Jones durant l’année 2018

Une chute des marchés boursiers entamée en octobre avec une forte accélération durant le mois de décembre, alors que le site d’information financière Bloomberg faisait état de la pire chute du marché boursier – durant la période précédant le congé de Noël – dans son édition du 24 décembre:

U.S. Stocks Endure Worst Pre-Christmas Day on Record – Bloomberg – 2018-12-24

Une remontée spectaculaire du marché boursier le 27 décembre

Or, à la reprise du marché boursier, celui-ci connaissait sa plus forte hausse depuis 2010 alors que les commentateurs économiques « locaux » y voyaient le signal que le repli du marché boursier (« bear market« ) était terminé et que la croissance (« bull market« ) allait poursuivre son ascension entamée depuis les 9 dernières années:

Reprise du Dow Jones le 27 décembre 2018

n’y voyant qu’un réajustemment boursier « anodin », sans plus.

Le Père Noël et la Fée des Étoiles ont su terminer l’année en beauté

Or, certains voient dans la reprise de dernière minute du marché boursier une intervention « divine » afin que l’année à venir s’enclenche sur une note « positive » et que la confiance soit retrouvée dans la population.

Hausse du Dow Jones entamée le 26 décembre avant la reprise « fulgurante » du 27 décembre

 

Par ailleurs, d’autres  analystes financiers ont également émis des hypothèses diverses:

  1. les grands financiers, épris de remords et voulant racheter leurs péchés (spéculation au détriment des plus faibles), ont investi massivement pour rehausser les cours boursiers
  2. des spéculateurs, à l’origine de la baisse récente des cours, ont exercé des « options » afin d’acquérir en grande quantité des actions à bon prix ce qui a propulsé le marché à la hausse
  3. le Président Donald Trump a transmis un gazouillis réitérant sa confiance dans l’économie américaine et la fin des sanctions commerciales avec le Canada
  4. la Reine Elizabeth a annoncé son intention d’abdiquer et de mettre son fils Charles sur le trône d’Angleterre
  5. le dirigeant Nord-Coréen Kim Jong-un réitère son amitié la plus profonde à l »égard de la Corée du Sud
  6. toutes ces réponses
  7. aucune de ces réponses

La réponse: aucune de ces réponses

A l’évidence, les grands financiers ne font pas oeuvre de charité ou de bienfaisance mais s’emploient activement à rehausser leurs actifs et à prendre « toutes les mesures qui s’imposent » le cas échéant. Au surplus, il importe de noter le fait que la reprise s’est matérialisée en moins d’une heure et trente minutes – 14h30 @ 16h00 – avec plus de 7,5 millions de titres transigés sur le parquet.

 

Hausse fulgurante du S&P 500 le 27 décembre 2018 entre 14h30 et 16h00

 

Alors, comment expliquer une reprise aussi « vigoureuse » en si peu de temps?

Il appert que de grands acteurs financiers ont investi le marché boursier, avec des moyens considérables, afin d’induire une reprise de 3,7% du S&P 500 en si peu de temps.

Les régimes de retraite rééquilibrent leurs portefeuilles

Une des hypothèses les plus plausibles sur cette reprise dans le marché boursier avait été signalée dès le 21 décembre par l’analyste Tyler Durden sur le site ZeroHedge alors qu’il prédisait un rééquilibrage des portefeuilles détenus par les gestionnaires de régimes de retraite (comme ils le font régulièrement à la fin de chaque mois ou à la fin de chaque trimestre), un rééquilibrage qu’il estimait à hauteur de 57 milliards de $:

Brace For ‘Seismic Volatility’ – Pensions To Buy Record $60BN In Stocks In Coming Days – Zero Hedge – 2018-12-21

Une hypothèse confirmée par des analyses mises en ligne par Bloomberg par la suite:

One Theory Is $60 Billion Pension Frenzy Fed Giant Stock Rebound – Bloomberg – 2018-12-28

Ainsi, la reprise du marché boursier, à la fin de l’année 2018, serait plutôt le fait de gestionnaires de régimes de retraite ayant liquidé 57 G$ d’actifs détenus dans des placements à revenus fixes (obligations gouvernementales, débentures d’entreprises,…) pour les réinvestir dans le marché boursier selon le schéma d’allocation de leurs actifs dans différents portefeuilles.

Le marché boursier: un marché de moins en moins à la portée des petits investisseurs

A l’origine, le marché boursier avait pour fonction de permettre aux entreprises de financer leur expansion et leurs opérations en sollicitant des fonds via les investissements souscrits notamment par des particuliers (petits investisseurs).

Or, dans la réalité d’aujourd’hui où des actifs « gigantesques » sont détenus par des régimes de retraite, des fonds souverains, des fonds de couverture (« Hedge Funds« ), des sociétés de placement « privées » (BlackRock, Berkshire Hathaway, KKR,…), ces grands acteurs financiers sont en mesure d’induire des « secousses sismiques » d’une grande amplitude dans le marché boursier – notammment en exerçant des « options » spéculatives – et d’en tirer de généreux bénéfices au détriment des petits investisseurs qui sont à la merci de ces « soubresauts ».

Ainsi, le petit investisseur, ne disposant pas des capitaux requis pour rivaliser avec ces derniers et ne disposant pas d’outils d’analyse sophistiqués, ne peut aucunement y investir avec profit sur la base de critères et de paramètres financiers « normaux » tel le taux de capitalisation, le rendement sur l’avoir propre, l’évolution du fonds de roulement (« cash flow« ),…

A telle enseigne que, pour le petit investisseur, investir aujourd’hui dans le marché boursier s’apparente davantage à miser à la loterie qu’à un investissement censé procurer un juste retour sur un  placement avec, au surplus, les risques encourus via les grands financiers en mesure d’induire de fortes corrections dans le marché boursier, à tout moment.