Guerres commerciales: le pays qui déclenche les hostilités n’est pas toujours le vainqueur

Les amateurs d’histoire se souviennent de la campagne de Napoléon contre la Russie en 1812 après que ses armées eussent envahi le Portugal – et l’Espagne par « nécessité collatérale » -. La raison de ces guerres qui ont mené à l’éradication de l’armée française et la fin du règne de Napoléon: la suite d’une guerre commerciale entamée contre l’Angleterre lui imposant un blocus afin de l’amener à capituler.

Or, qui est sorti vainqueur de ces affrontements? L’Angleterre qui avait su bâtir des alliances avec les puissances européennes et financer largement les campagnes militaires contre Napoléon.

Or, tout ceci devrait servir de leçon pour Donald Trump et pour les faucons John Bolton et Mike Pompeo lesquels dirigent la politique extérieure des Etats-Unis. Au surplus si on considère que la grande majorité des interventions militaires américaines – Corée, Vietnam, Afghanistan, Syrie, Irak,… – se sont soldées par des échecs et des retraites humiliantes.

 

Les dommages collatéraux de la guerre commerciale Etats-Unis-Chine… aux Etats-Unis… notamment dans le secteur agricole

Depuis la mise en vigueur de pénalités à l’encontre de la Chine, celle-ci a substantiellement réduit ses importations de soya, de blé,… A telle enseigne que, en 2018, le gouvernement américain a alloué des subsides de 12 G$ aux producteurs agricoles, ceux-ci n’étant plus en mesure d’exporter leurs produits en Chine puisque celle-ci avait réduit ses importations américaines de 94%.

A $12 Billion Program to Help Farmers Stung by Trump’s Trade War Has Aided Few – The New York Times – 2018-11-19

 

Subventions consenties au secteur agricole par le programme de subvention lancé en 2018

 

Or, avec les allégements récents consentis par les Etats-Unis envers la Chine, celle-ci avait initié une légère reprise de ses importations ce qui se traduisait néanmoins par des faibles ventes à l’exportation pour les producteurs américains. Et, dans la mesure où les producteurs encouraient de nouvelles pertes pour l’année en cours et dans la mesure où ceux-ci ont fortement appuyé l’élection de Donald Trump, de nouvelles subventions > 15 G$ vont être adoptées sous peu par le gouvernement américain.

 

Small group of America’s big farms gets bulk of Trump bailout funds – Financial Times – 2019-05-19

Il va sans dire que toutes ces subventions au secteur agricole américain vont se traduire par des « subventions indirectes » aux producteurs laitiers lesquels bénéficieront d’avantages indus dans l’exportation de leurs produits sur le marché canadien…

Mais ce n’est pas tout: à ce jour, les tarifs à l’importation décrétés par Donald Trump durant les deux dernières années – aluminium, fer,… – ont eu des incidences sur les consommateurs américains alors que les entreprises, ne pouvant amortir ces coûts supplémentaires, ont été contraintes de hausser le prix des produits sur le marché américain.

Impact des tarifs en vigueur – et à venir – sur les consommateurs américains

Who’s paying for the US-China trade war – FT Alphaville – 2019-05-24

The Impact of US-China Trade Tensions – IMF Blog – 2019-05-23

A l’évidence et nonobstant le discours officiel à l’effet que les tarifs ont une forte incidence pour la Chine, les résultats à ce jour indiquent plutôt des conséquences importantes sur le niveau de vie tant des producteurs agricoles que des consommateurs dans leur ensemble.

 

La Chine « montre ses muscles » tout en douceur… par sa domination sur le marché des « terres rares »

Une première salve a été lancée de façon « anodine » par le président Xi Jinping lequel a récemment visité  un manufacturier « d’aimants puissants » entrant dans la fabrication des moteurs électriques de « nouvelle génération ultra performants » – tel la gamme de moteurs Sumo fabriqués par l’entreprise TM4 ex-filiale d’Hydro-Québec à Boucherville -, notamment ceux que l’on retrouve dans les véhicules électriques et les applications industrielles requérant ce type de moteur.

Moteurs électriques de la gamme Sumo fabriqués par l’entreprise TM4 de Boucherville

Xi highlights China’s dominance of rare earths market – Financial Times – 2019-05-21

Or, les minerais entrant dans la fabrication de ces aimants ultra performants sont composés de fer-néodyme-boron et font partie de la famille des « terres rares » laquelle inclut 17 minerais tel le scandium, le cérium, l’europium, le lanthane,… et la Chine exerce un quasi-monopole sur ces minerais assurant 80% de la production et de l’approvisionnement mondial, rien de moins.

Qui plus est, ces minerais « exotiques » entrent non seulement dans la fabrication des moteurs électriques « nouvelle génération » mais également dans la fabrication des puces électroniques – téléphones cellulaires, ordinateurs,… -, des éoliennes, des panneaux solaires ainsi que du matériel militaire…

A l’évidence, pour des raisons stratégiques liées à leurs intérêts premiers, les « terres rares » ont  été exclues des tarifs imposés par les Etats-Unis à la Chine en septembre 2018 et on peut présumer que, suite à la visite « médiatisée » du président chinois sur un site d’extraction de « terres rares », Donald Trump a ressenti l’obligation d’accorder une « période de grâce » de 3 mois à l’entreprise Huawei – 2ième fabricant mondial de téléphones cellulaires et concepteur de nouvelle plateforme informatique 5G – mise sous embargo quelques semaines auparavant…

Ainsi, si la Chine limite les exportations de « terres rares » à l’étranger ou en hausse le prix d’une façon « significative », cela pourrait avoir des conséquences majeures sur l’économie mondiale…

Mais ce n’est pas tout…

 

La Chine dispose d’une autre « carte maîtresse »… la production de lithium utilisé dans la fabrication des batteries pour les véhicules électriques et la fabrication du matériel électronique

S’agissant de la production du lithium, à ce niveau également, la Chine occupe une place prédominante dans la production mondiale de carbonate de lithium puisque les entreprises Genfeng Lithium et Tianqi Lithium se sont accaparé de gisements de première importance pour sa production, un minerai entrant dans la fabrication de batteries tant pour le secteur automobile que pour celui des appareils électroniques en usage quotidien.

Electric cars_ China powers the battery supply chain – Financial Times – 2019-05-22

Ainsi, dès que le gouvernement chinois eu donné le signal à l’effet que les automobiles/autobus/camions à l’essence seraient bannis dans l’avenir, ces entreprises ont investi dans des gisements de première qualité et se sont ainsi assuré d’accaparer une large part du marché mondial de la production de lithium.

Sites d’exploitation de gisements de lithium propriété des compagnies Ganfeng Lithium et Tianqi Lithium

 

Gisement de lithium exploité par la firme SQM dans le désert d’Atacama au Chili détenu à 24% par la firme chinoise Tianqi Lithium

Au niveau de la production des batteries, Contemporary Amperex Technology (CATL) – fabricant chinois – détient le premier rang pour la production de batteries, son approvisionnement en lithium provenant de la Chine alors qu’il dessert les manufacturiers automobiles PSA, Hyundai, Honda, BMW, Geely, les autobus Yutong,…

Usine de fabrication de batteries dans la province de Jiangsu en Chine

Quant au géant japonais Panasonic – associé à Tesla dans la méga-usine de production de batteries du Nevada -, l’entreprise occupe le deuxième rang dans la production de batteries et s’avère le fournisseur quasi exclusif du manufacturier automobile Tesla alors que son approvisionnement en lithium est assuré par la firme chinoise Ganfeng Lithium.

S’agissant de la firme chinoise BYD qui oeuvre dans le segment des automobiles/autobus/camions électriques, elle dispose de sa propre usine de production et occupe le troisième rang mondial, son approvisionnemment en lithium étant également assuré par des fournisseurs chinois.

Et en dernier lieu le conglomérat coréen LG Chem s’approvisionne en lithium auprès de la firme chinoise Ganfeng Lithium afin de desservir les manufacturiers automobiles Volvo, Ford, Chevrolet, Renault ainsi que VW, nonobstant une entente entre VW et Ganfeng Lithium pour l’approvisionnement en lithium d’une nouvelle usine visant la fourniture de 22 millions de véhicules électriques durant les 10 prochaines années.

A l’évidence, l’ensemble de la production à venir de véhicules/autobus/camions électriques passe par la disponibilité du lithium provenant des entreprises chinoises Ganfeng Lithium et Tianqi Lithium.

Et, dans le cas d’une escalade dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, celle-ci détient une « carte maîtresse » qui pourrait avoir une incidence majeure tant pour le secteur automobile que celui des appareils électroniques utilisés dans notre quotidien.

 

De la capacité des Etats-Unis à suppléer le marché des batteries en cas de « contingences » venues de la Chine

S’agissant de la capacité des Etats-Unis à faire face à un embargo sur la disponibilité du lithium et des autres composants entrant dans la fabrication des batteries, à l’évidence les entreprises chinoises assument un tel quasi-mmonopole sur le marché que les Etats-Unis – ou l’Europe – ne pourraient faire face à la demande ce qui aurait une incidence majeure tant pour la production de batteries que d’engendrer une baisse significative dans l’économie mondiale pour les 10-15 prochaines années.

Capacités de production respectives des Etats-Unis vs la Chine pour les minerais entrant dans la fabrication des batteries

 

Au surplus, la Chine dispose du plus important volume d’obligations du Trésor américain « TBonds » dans le monde

Au niveau financier, la Chine s’avère le plus important détenteur d’obligations du Trésor « Treasuries » émises par le gouvernement américain pour financer ses programmes d’infrastructure, son programme militaire et ses programmes sociaux, entre autres. Un actif évalué à 1,200 milliards de $ (1,2 T$) que la banque centrale chinoise utilise, à l’occasion, pour assurer la stabilité de sa monnaie.

Or, à ce niveau également, la Chine pourrait écouler sur le marché son lot d’obligations américaines et, ainsi:

  • avoir une incidence sur le taux d’intérêt pratiqué par la FED américaine – i.e. en forcer l’augmentation ce qui pénaliserait les entreprises et les ménages –
  • et faire augmenter la valeur de celles-ci par la demande exercée par le secteur financier – ce qui pourrait en diminuer le rendement et contraindre le Trésor américain à proposer des taux d’intérêt plus élevés sur les nouvelles obligations qui seraient mises en circulation, ce qui alourdirait son fardeau de la dette

Trade war sparks fears of China weaponising US Treasuries – Financial Times – 2019-05-22

Liquidation récente d’obligations du Trésor américain par la banque centrale de Chine

Ainsi, même si le secteur financier ainsi que la FED américaine sont en mesure d’absorber les obligations qui seraient liquidées sur le marché par la banque centrale de Chine, une telle opération aurait également de fortes incidences sur le secteur financier dans son ensemble et sur la croissance économique dans les années à venir.

 

A propos de la récente décision de Panasonic d’exclure les appareils électroniques produits par Huawei dans son offre de service

Dans une récente annonce faisant état du boycott de la firme Huawei par le conglomérat Panasonic, dans la mesure où les batteries assemblées pour les véhicules Tesla sont fabriquées par Panasonic avec du lithium provenant de Chine, nul doute que, en cas de contre-mesures adoptées par la Chine à l’égard de Panasonic, une restriction à l’exportation de lithium pourrait avoir de sérieuses conséquences pour la production des véhicules Tesla et s’avérer une mesure « ciblée » à l’encontre des intérêts du Japon…